À propos de nous

Qui nous sommes

Liminal BioSciences est une société biopharmaceutique mondiale en phase clinique axée sur la découverte, le développement et la commercialisation de nouveaux traitements pour les patients souffrant de maladies dont les besoins médicaux sont importants et non comblés. Liminal BioSciences exerce ses activités de manière intégrée depuis nos pôles de talents à Laval, Québec, Canada et à Cambridge au Royaume-Uni. Nos actions ordinaires sont cotées sur le Nasdaq Global Market (LMNL).

Le 15 octobre 2021, la société a conclu la cession du reste de ses activités thérapeutiques dérivées du plasma pour se concentrer uniquement sur son portefeuille de petites molécules thérapeutiques.

Notre science des petites molécules thérapeutiques

Nous avons une connaissance approfondie de certaines cibles et voies biologiques qui ont été impliquées dans le processus inflammatoire et fibrotique, notamment les récepteurs d’acides gras tels que le récepteur d’acides gras libres 1, FFAR1 (également connu sous le nom de récepteur couplé à la protéine G 40, ou GPR40), un récepteur apparenté (récepteur couplé à la protéine G 84, ou GPR84) et les récepteurs activés par les proliférateurs de peroxysomes, ou PPAR.

Notre portefeuille se compose de trois programmes de développement. Notre actif principal, le fezagepras (également connu sous le nom de PBI-4050), un produit candidat de stade clinique, que nous avons maintenant l’intention de poursuivre en tant que piégeur d’azote potentiel et nos programmes d’antagonistes du GPR84 et d’antagonistes d’OXER1, qui sont précliniques.

Les médicaments fixateurs d’azote sont utilisés dans le traitement d’états caractérisés par une hyperammoniémie et visent à éliminer l’ammoniac de la circulation sanguine en se conjuguant avec la glutamine (par exemple, le phénylbutyrate) ou la glycine (par exemple, le benzoate), le médicament conjugué résultant étant excrété dans l’urine. La production de glutamine chez l’homme nécessite de l’ammoniac. L’ammoniac est très toxique et des niveaux élevés peuvent endommager de nombreux organes, y compris le cerveau. Les effets toxiques d’un taux élevé d’ammoniac peuvent entraîner une confusion (encéphalopathie), un coma et, en l’absence de traitement, la mort.

Sous réserve de l’obtention des autorisations réglementaires requises, la société prévoit de lancer un essai clinique de phase 1a SAD, randomisé, ouvert et croisé pour évaluer la sécurité, la tolérance et la pharmacocinétique d’une dose ascendante unique de fezagepras par rapport au phénylbutyrate de sodium chez des sujets sains au cours du deuxième trimestre de 2022.